Tous les articles par Jean-Pierre Brundu

17/10/17
Le concept de travail – 2 / 2
Pierre Bachman*

Avec Pierre Bachman*

Le concept du travail peut être abordé sous plusieurs perspectives. Sa définition basique indique qu’il s’agit de la mesure de l’effort fait par les êtres humains. Du point de vue néoclassique de l’économie, par exemple, le travail est l’un des trois facteurs de la production, ainsi que la terre et le capital.

*Ingénieur École centrale de Marseille
Diplômé d’analyse pluridisciplinaire des situations de travail de l’université de Provence

Chef du service de mécanique des chaussées du laboratoire régional des ponts et chaussées d’Aix-en-Provence

Au sein de l’université de Provence, a participé à la fondation de « l’analyse pluridisciplinaire des situations de travail » qui a donné naissance à l’ergologie sous l’impulsion d’Yves Schwartz, de Daniel Faïta, de Jacques Durafour.
Membre du conseil d’administration de cette université pendant une dizaine d’années.

Membre du conseil économique et social de la région PACA de 1990 à 2001

1999 à 2010 : participation à deux importantes recherches européennes sur les thèmes du travail, du droit, du développement des capacités des hommes et des territoires en Europe sous la direction de Robert Salais, économiste, professeur à l’École normale supérieure de Cachan (respectivement intitulées « Eurocap » et « Capright »).

Auteur de contributions, rapports et publications dans diverses revues, sur les questions de l’emploi, de la démocratie, du droit, du travail.

Biographie

  • « Développer Les Capacités des hommes et des territoires en Europe » ouvrage collectif sous la direction de Robert Salais et Robert Villeneuve aux éditions de l’ANACT , février 2006,
  • Articles intitulés « Besoins Sociaux, développement, territoire et plein-emploi solidaire ».
  • Étude « Sur Le Travail remettons nous à l’ouvrage » septembre 2007, article dans le journal « L’Humanité » du 19 octobre 2012 : « Passer de l’employabilité à une sécurité sociale du travail »,
  • Revue « Économie Et Politique » de janvier – février 2013 article « De l’emploi à la sécurité sociale du travail, de la souffrance aux dynamiques du travail ».

10/10/17
Le concept de travail – 1 / 2
Pierre Bachman*

Avec Pierre Bachman*

Le concept du travail peut être abordé sous plusieurs perspectives. Sa définition basique indique qu’il s’agit de la mesure de l’effort fait par les êtres humains. Du point de vue néoclassique de l’économie, par exemple, le travail est l’un des trois facteurs de la production, ainsi que la terre et le capital.

*Ingénieur École centrale de Marseille
Diplômé d’analyse pluridisciplinaire des situations de travail de l’université de Provence

Chef du service de mécanique des chaussées du laboratoire régional des ponts et chaussées d’Aix-en-Provence

Au sein de l’université de Provence, a participé à la fondation de « l’analyse pluridisciplinaire des situations de travail » qui a donné naissance à l’ergologie sous l’impulsion d’Yves Schwartz, de Daniel Faïta, de Jacques Durafour.
Membre du conseil d’administration de cette université pendant une dizaine d’années.

Membre du conseil économique et social de la région PACA de 1990 à 2001

1999 à 2010 : participation à deux importantes recherches européennes sur les thèmes du travail, du droit, du développement des capacités des hommes et des territoires en Europe sous la direction de Robert Salais, économiste, professeur à l’École normale supérieure de Cachan (respectivement intitulées « Eurocap » et « Capright »).

Auteur de contributions, rapports et publications dans diverses revues, sur les questions de l’emploi, de la démocratie, du droit, du travail.

Biographie

  • « Développer Les Capacités des hommes et des territoires en Europe » ouvrage collectif sous la direction de Robert Salais et Robert Villeneuve aux éditions de l’ANACT , février 2006,
  • Articles intitulés « Besoins Sociaux, développement, territoire et plein-emploi solidaire ».
  • Étude « Sur Le Travail remettons nous à l’ouvrage » septembre 2007, article dans le journal « L’Humanité » du 19 octobre 2012 : « Passer de l’employabilité à une sécurité sociale du travail »,
  • Revue « Économie Et Politique » de janvier – février 2013 article « De l’emploi à la sécurité sociale du travail, de la souffrance aux dynamiques du travail ».

Célia Lamblin

Doctorante contractuelle en Sociologie

Labex Med,
 LPED UMR 151 (AMU - IRD)
 LAMES UMR 7305 (AMU - CNRS)

Sujet de thèse
Les migrations égyptiennes en France : vers la construction d’une identité collective ?
sous la direction de Sylvie Bredeloup (IRD-LPED) et Sylvie Mazzella (LAMES-CNRS)

Domaines de recherche
- Sociologie des migrations
- Sociologie Politique

Activités scientifiques
Communications
– Juillet 2015 : « Migrations égyptiennes : Discours, pratiques et représentations » Université Euro-Méditerranéenne organisée par l’Université Libre de Bruxelles, Mucem, Marseille.
– Juin 2015 : « Les migrations égyptiennes : étude des registres de visibilité en France », Journée doctorales du Lames, MMSH.
– Juin 2015 : « Les Égyptiens en France : une participation politique transnationale ? » LabexWeek, MMSH.
– Mai 2015 : « La participation citoyenne des Égyptiens en France », Colloque international organisé par l’Association Européenne de Sociologie, Citoyenneté et Migration en Europe du Sud.
– Avril 2015 : avec Joseph Cacciari « L’approche biographique : la confrontation de perspectives concurrente à l’épreuve des pratiques de terrain », Séminaire doctorale Les Chantiers de la Thèse, Lames, MMSH.
– Mars 2015 : « La relation chercheuse-enquêté en terrain « extraordinaire » : une relation hybride entre le professionnel et le confidentiel », Atelier des doctorants du LPED « J’ai fait du terrain et après ? », AMU St Charles.
– Décembre 2014 : « Les migrations « économiques », les migrations « politiques » : la porosité des catégories à l’épreuve du processus révolutionnaire en Egypte ». Colloque international organisé par le programme Economic Crises and Migration, EcoMig, « Mobilité et blocages en Afrique méditerranéenne », Rabat, Maroc.
– Octobre 2014 : « L’événement Révolution comme point de bifurcation dans les trajectoires individuelles des migrants égyptiens en France » Colloque international organisé par le programme de recherche fondé par l’European Reserch Council, When Autoritarisme Fails in the Arab World, WAFAW, « Diasporas, Migrants, Exilés : quels rôles dans les Révolutions et transitions politiques du monde arabe », Tunis, Tunisie.

Responsabilités scientifiques :
- Co-animation du Séminaire doctoral « Chantiers de Thèse » du LAMES année 2014-2015.
- Représentante des doctorants au sein du LPED et du LAMES, membre du conseil d’unité du LAMES (avril 2015 – avril 2017) et du LPED (septembre 2014-septembre 2017).

Formations
- Stage : Participation à l’Atelier Thématique d’Etude Doctorale : « Repenser la Méditerranée », Mucem, Marseille, Septembre 2015.
- Stage : Participation à l’Atelier Thématique d’Etude Doctorale « Le numérique en Méditerranée ». Tunis, Juin 2015.
- Stage : Participation à l’école d’été de doctorants « Les Sciences sociales au Proche-Orient à l’épreuve de leur sources », Juillet 2014, IFPO Beyrouth, Liban.
- Stage : Participation à la session intensive de langue du Département d’Enseignement d’Arabe Contemporain (DEAC), Février- Juin 2014, Institut Français d’Égypte, Le Caire, Égypte.

- Rapport de Mission : « Les migrant-e-s égyptien-ne-s dans les villes de Toulouse, Bordeaux et Paris : une enquête exploratoire du « faire communauté » », Programme EcoMig, Mars 2013.

- Communication « L’activité associative des héritier-e-s de harkis : vers la construction de la mémoire postcoloniale » dans le Séminaire « Violences politiques et Mémoires de Guerre », LISST CAS de l’Université Toulouse le Mirail, Avril 2013.

- Mémoire : La construction sociale de la mémoire postcoloniale : le cas des héritier-e-s de harkis dans la lutte pour l’émergence d’une mémoire postalgérienne en France, sous la direction de Michel Grossetti et Sonia-Hasnia Missaoui, Université Toulouse le Mirail, Juin 2012 (mention Très Bien).
- Mémoire : Les héritier-e-s de harkis de Saint Pons de Thomières : De la mémoire familiale à l’histoire collective, sous la direction de Patricia Vannier, Université Toulouse Le Mirail, Juin 2011 (Mention Très Bien).

Gilda Beschon

Chargée d’études à l’Insee

Passionnée depuis l’enfance par le cinéma, elle a suivi parallèlement des études cinématographiques. Elle a participé à la création de festivals de cinéma et rédigé des articles critiques pour des revues cinématographiques

Maîtrise d’études cinématographique et une première année de DEA ; a participé à la création du festival Tout Court d Aix en Provence et contribué à la rédaction du journal quotidien de ce festival

Pierre Bachman

Ingénieur École centrale de Marseille ( Diplômé d’analyse pluridisciplinaire des situations de travail de l’université de Provence

Chef du service de mécanique des chaussées du laboratoire régional des ponts et chaussées d’Aix-en-Provence

Au sein de l’université de Provence, a participé à la fondation de « l’analyse pluridisciplinaire des situations de travail » qui a donné naissance à l’ergologie sous l’impulsion d’Yves Schwartz, de Daniel Faïta, de Jacques Durafour.
Membre du conseil d’administration de cette université pendant une dizaine d’années.

Membre du conseil économique et social de la région PACA de 1990 à 2001

1999 à 2010 : participation à deux importantes recherches européennes sur les thèmes du travail, du droit, du développement des capacités des hommes et des territoires en Europe sous la direction de Robert Salais, économiste, professeur à l’École normale supérieure de Cachan (respectivement intitulées « Eurocap » et « Capright »).

Auteur de contributions, rapports et publications dans diverses revues, sur les questions de l’emploi, de la démocratie, du droit, du travail.

Biographie

  • « Développer Les Capacités des hommes et des territoires en Europe » ouvrage collectif sous la direction de Robert Salais et Robert Villeneuve aux éditions de l’ANACT , février 2006,
  • Articles intitulés « Besoins Sociaux, développement, territoire et plein-emploi solidaire ».
  • Étude « Sur Le Travail remettons nous à l’ouvrage » septembre 2007, article dans le journal « L’Humanité » du 19 octobre 2012 : « Passer de l’employabilité à une sécurité sociale du travail »,
  • Revue « Économie Et Politique » de janvier – février 2013 article « De l’emploi à la sécurité sociale du travail, de la souffrance aux dynamiques du travail ».

Rodrigue Coutouly

Référent académique « laïcité éducation nationale » auprès du recteur de l’académie Aix-Marseille

Professeur agrégé d’histoire-géographie

Historien, géographe, forestier, pédagogue, responsable d’établissement public d’éducation, Rodrigue Coutouly a exploré de nombreux champs professionnels dans le monde rural comme dans le monde urbain. Impliqué dans les politiques publiques d’éducation, sa réflexion pluridisciplinaire se concentre sur la recherche de solutions concrètes aux crises écologiques et économiques que nous devons affronter.

Responsable d’un Think Tank artisanal : « Fiscalité environnementale »

03/10/17
Faut-il défendre la laïcité ? – 2 / 2
Rodrigue Coutouly*

Rodrigue Coutouly*

Faut-il défendre la laïcité ?

Contre quoi la laïcité devrait-elle être défendue ?

Mais la question suppose également que la laïcité soit attaquée. C’est en tous cas ce qu’on entend souvent aujourd’hui, notamment dans certains discours politiques. Ces attaques sont-elles réelles ? N’existe-t-il pas, en ce domaine, de nombreuses confusions ? Et certaines « défenses » de la laïcité ne sont-elle pas non seulement illégitimes, mais surtout contre-productives ? Nous tenterons de répondre à ces questions à partir de plusieurs exemples empruntés à l’actualité, qui seront analysés à la lumière de la loi de 1905.

*Référent académique laïcité éducation nationale auprès du recteur

Professeur agrégé d’histoire-géographie

Historien, géographe, forestier, pédagogue, responsable d’établissement public d’éducation, Rodrigue Coutouly a exploré de nombreux champs professionnels dans le monde rural comme dans le monde urbain. Impliqué dans les politiques publiques d’éducation, sa réflexion pluridisciplinaire se concentre sur la recherche de solutions concrètes aux crises écologiques et économiques que nous devons affronter.

Responsable d’un Think Tank artisanal : « Fiscalité environnementale »

 

26/09/17
Faut-il défendre la laïcité ? – 1 / 2
Marc Rosmini*

Marc Rosmini*

Faut-il défendre la laïcité ?

La valeur de la laïcité est-elle indiscutable ?

La première séance sera consacrée à la question des fondements philosophiques de la laïcité. En effet, pour justifier que nous ayons à la « défendre », il faudrait qu’elle le mérite. Nous nous demanderons donc, à partir de textes célèbres des XVII et XVIIIe siècles, si le principe de laïcité est suffisamment bien fondé.

*Professeur agrégé de philosophie
Marseille

Cinéphile,  sa curiosité éclectique l’a conduit à mettre en relation la réflexion philosophique avec des thèmes variés, allant de la cuisine au western en passant par l’art contemporain marseillais. À Marseille, il fait partie du collectif Les Philosophes Publics qui intervient régulièrement dans l’espace public, en milieu carcéral, ou auprès de différentes structures sociales.

• Marseille révélée par l’art contemporain, éd. Jeanne Laffitte, Marseille, 2007
• Pourquoi philosopher en cuisinant ? – Méditations autour de 10 recettes de Lionel Lévy, éd. Aléas, Lyon, 2007
Road Movies,  Images En Manœuvres Éditions, Marseille, 2012, (épuisé), La Marelle Éditions, Marseille, 2017 (numérique)
• Méditations westernosophiques, éd. Médiapop, Mulhouse, 2015

Marc Rosmini

/cours/les-profs/marc-rosmini/

Professeur agrégé de philosophie
Marseille

Cinéphile,  sa curiosité éclectique l’a conduit à mettre en relation la réflexion philosophique avec des thèmes variés, allant de la cuisine au western en passant par l’art contemporain marseillais. À Marseille, il fait partie du collectif Les Philosophes Publics qui intervient régulièrement dans l’espace public, en milieu carcéral, ou auprès de différentes structures sociales.

• Marseille révélée par l’art contemporain, éd. Jeanne Laffitte, Marseille, 2007
• Pourquoi philosopher en cuisinant ? – Méditations autour de 10 recettes de Lionel Lévy, éd. Aléas, Lyon, 2007
Road Movies,  Images En Manœuvres Éditions, Marseille, 2012, (épuisé), La Marelle Éditions, Marseille, 2017 (numérique)
• Méditations westernosophiques, éd. Médiapop, Mulhouse, 2015

 

19/09/17
Mondialisation et classes sociales – 3 / 3
Renato Di Ruzza*

Les classes sociales dans le capitalisme

Le capitalisme est une société basée sur la production et l’échange de marchandises. Cela signifie en dernière instance, que pour acquérir n’importe quel service ou objet nécessaire pour vivre, il faut avoir l’argent pour l’acheter.

En principe, on pourrait penser que ce qui caractérise les différentes classes, c’est la façon dont elles obtiennent l’argent   : les travailleurs reçoivent un salaire et les capitalistes une partie de la plus-value que ces derniers génèrent, c’est-à-dire un bénéfice. Cependant, ceci est bien plus une conséquence de l’appartenance à différentes classes que ce qui les définit.

Les travailleurs reçoivent un salaire parce qu’ils sont des travailleurs, et non l’inverse. Ce qui définit les classes, c’est leur relation avec les moyens de production, et à travers eux, leur relation avec le reste de la société et le reste des autres classes. Le prolétariat se définit en premier lieu en négatif, comme celui qui est dépossédé de tout moyen de production qui ne soit pas sa propre capacité de travail. Cela est évidemment rendu possible par l’existence d’une autre classe, la bourgeoisie, qui est propriétaire des moyens de production nécessaires pour reproduire cette société.

* Renato Di Ruzza est Docteur d’Etat,

Maître de Conférences, 
Agrégé des Universités, 
Membre du Centre d’épistémologie et d’ergologie comparatives (UMR CNR) 
Professeur des universités en sciences économiques 
Êconomiste, ancien directeur scientifique à l’Iseres 
Ancien directeur du département d’ergologie de l’université de Provence

12/09/17
Mondialisation et classes sociales – 2 / 3
Renato Di Ruzza*

La mondialisation bouleverse l’ordre économique et aussi les rapports sociaux. Elle ébranle ou renforce les anciennes hiérarchies, produit de nouveaux clivages entre les classes, ouvre aussi des possibilités de mobilité sociale.
Aborder la mondialisation sous l’angle de la stratification sociale permet de rompre avec une vision trop homogénéïsante de la globalisation et apporte des perspectives nouvelles dans l’analyse des structures sociales.
Comment se sont construits historiquement des rapports inégaux à l’espace mondial ? Assiste-t-on à une recomposition des bourgeoisies nationales sous l’effet de l’ouverture des frontières ? Peut-on parler de l’émergence d’une classe dominante internationale ? Les classes populaires sont-elles dans un rapport de simple dépossession face à ce processus ? L’immigration peut-elle susciter une mondialisation par le bas ? Pourquoi les classes moyennes sont-elles les plus engagées dans les causes internationales ? Qu’est devenu l’internationalisme du mouvement ouvrier ?

 

* Renato Di Ruzza est Docteur d’Etat, Maître de Conférences, Agrégé des Universités,  membre du Centre d’épistémologie et d’ergologie comparatives (UMR CNR
Professeur des universités en sciences économiques
Êconomiste, ancien directeur scientifique à l’Iseres 
Ancien directeur du département d’ergologie de l’université de Provence 

05/09/17
Mondialisation et classes sociales – 1 / 3
Renato Di Ruzza*

La mondialisation bouleverse l’ordre économique et aussi les rapports sociaux. Elle ébranle ou renforce les anciennes hiérarchies, produit de nouveaux clivages entre les classes, ouvre aussi des possibilités de mobilité sociale.
Aborder la mondialisation sous l’angle de la stratification sociale permet de rompre avec une vision trop homogénéïsante de la globalisation et apporte des perspectives nouvelles dans l’analyse des structures sociales.
Comment se sont construits historiquement des rapports inégaux à l’espace mondial ? Assiste-t-on à une recomposition des bourgeoisies nationales sous l’effet de l’ouverture des frontières ? Peut-on parler de l’émergence d’une classe dominante internationale ? Les classes populaires sont-elles dans un rapport de simple dépossession face à ce processus ? L’immigration peut-elle susciter une mondialisation par le bas ? Pourquoi les classes moyennes sont-elles les plus engagées dans les causes internationales ? Qu’est devenu l’internationalisme du mouvement ouvrier ?

 

* Renato Di Ruzza est Docteur d’Etat, Maître de Conférences, Agrégé des Universités,  membre du Centre d’épistémologie et d’ergologie comparatives (UMR CNR
Professeur des universités en sciences économiques
Êconomiste, ancien directeur scientifique à l’Iseres 
Ancien directeur du département d’ergologie de l’université de Provence 

Vendredi 1er septembre 2017 !
Soirée de présentation du programme 2017-2018

Vendredi 1er septembre 2017

à 18 h 30 au lycée Joliot Curie à Aubagne.

En présence des conférenciers, soirée de présentation du programme 2017 – 2018 
suivie du verre le l'amitié !
Je compte sur votre présence. 
Tous vos ami-e-s sont bienvenus

Bien amicalement

Infos pratiques

Entrée avant la poterie Ravel, digicode :5555, parking à l’intérieur.